Archives de
Catégorie : Oghams et Runes

√Ä la d√©couverte de l’Ogham – S’approprier l’alphabet (4/4)

√Ä la d√©couverte de l’Ogham – S’approprier l’alphabet (4/4)

Nous y voil√† ! Cette s√©rie d’article consacr√©e √† l’ogham celte touche √† sa fin. J’esp√®re que la lecture vous aura plu, que vous aurez pu apprendre deux ou trois choses au passage, ou y trouver quelques pistes pour approfondir davantage votre apprentissage de l’ogham si ce syst√®me vous √©tait d√©j√† familier. Pour ma part, j’aimerais encore ajouter quelques mots, dans un cadre un peu moins formel que pr√©c√©demment, juste le temps de partager avec vous ma fa√ßon de voir et de travailler avec cet √©tonnant alphabet.

Jeu d'oghams sur tranches de bois

Lorsqu’on s’int√©resse √† un syst√®me comme l’ogham, on se retrouve vite confront√© √† un dilemme : est-il vraiment possible de¬†suivre √† la lettre la tradition dans laquelle ce syst√®me s’inscrit malgr√© les manques qui peuvent exister ? Peut-on au contraire se permettre quelques fantaisies pour combler ces vides, quitte √† sortir du contexte historique et culturel en inventant de nouvelles choses ? Ce genre de questionnement est tout aussi valable pour les runes de l’Ancien Futhark, mais peut-√™tre encore plus pour l’ogham, car la tradition celte, essentiellement orale, n’a laiss√© que tr√®s peu de traces ou d’indices permettant d’affirmer telle ou telle chose de mani√®re absolue.

A mes yeux, il est primordial de s’informer au pr√©alable, le plus s√©rieusement possible – c’est d’ailleurs le pourquoi de ces articles, vous proposer une base non exhaustive permettant, je l’esp√®re, de ne pas tomber dans les ¬ę¬†pi√®ges¬†¬Ľ et les erreurs d’interpr√©tation. Sans une base solide, l’apprentissage et la compr√©hension de l’ogham¬†en y allant seulement √† l’instinct me para√ģt compliqu√©e. Apr√®s tout, il ne s’agit de prime abord que d’√©tranges marques parall√®les, n’est-ce pas ?

Mais une fois cette base bien assimil√©e, il est √©galement n√©cessaire d’aller plus loin en s’appropriant l’alphabet, en le faisant r√©ellement sien.

Peut-√™tre souhaiterez-vous employer l’ogham dans un cadre divinatoire, ou peut-√™tre envisagerez-vous d’int√©grer les feda √† vos rituels pour renforcer vos pratiques magiques. Ni l’une ni l’autre de ces utilisations ne trouve sa place dans la ¬ę¬†tradition celtique¬†¬Ľ et pourtant, ce sont sans aucun doute les deux premi√®res applications qui vous viendront √† l’esprit lorsque vous commencerez √† travailler avec l’ogham. Et bien soit ! C’est justement l√† que √ßa devient int√©ressant, lorsqu’une ancienne tradition √©volue, chacun apportant sa pierre √† l’√©difice, participant ici¬†√†¬†faire revivre une certaine id√©e de la spiritualit√© celtique, interrompue par l’av√®nement du christianisme europ√©en.

Le tout, c’est simplement de ne pas clamer haut et fort¬†qu’une chose est authentique ou historiquement attest√©e lorsqu’elle n’est en r√©alit√© qu’une √©volution r√©cente voire une consid√©ration totalement personnelle. Ce genre d’attitude ne sert personne.

Jeu d'oghams illustrés "Gort", feuilles de lierre

Au moment o√Ļ je vous parle, √ßa fait une douzaine¬†d’ann√©es que j’ai d√©couvert l’ogham. √áa ne veut pas dire que je l’ai utilis√© non stop pendant tout ce temps, il y a eu des hauts et des bas, des moments d’utilisation intense, des p√©riodes o√Ļ je lui ai pr√©f√©r√© d’autres outils, et des travers√©es du d√©sert pendant lesquelles mes jeux sont rest√©es √† prendre la poussi√®re dans un coffret perdu sur une √©tag√®re. Mais en faisant le compte, j’ai tout de m√™me eu le temps et l’occasion d’exp√©rimenter pas mal de choses avec cet alphabet.

Pour tout vous avouer, et puisque la comparaison finit toujours par √™tre √©voqu√©e,¬†je le pr√©f√®re m√™me aux runes. Dans l’ensemble, l’ogham a une √©nergie plus subtile, presque plus douce que ces derni√®res, qui elles, sont plut√īt du genre brutes et sans concession. La fa√ßon de les travailler est par cons√©quent tr√®s diff√©rente.

Je n’aborderai volontairement pas le rapport avec les divinit√©s que l’on peut entretenir par le biais de l’ogham ; n’√©tant pas polyth√©iste, je suis sans doute la moins bien plac√©e pour en parler, mais sait-on jamais, √ßa peut √™tre une piste √† explorer pour vous.

En ce qui me concerne, j’utilise parfois l’ogham en divination (les cartes restent mon support de pr√©dilection), de temps √† autre au sein d’un rituel (si on parle d’un¬†cercle et tout le tralala, on peut consid√©rer que je ritualise tr√®s peu de fa√ßon g√©n√©rale), beaucoup plus souvent int√©gr√© directement √† mon quotidien (dessin√© sur ma peau, grav√© sur un charme √©ph√©m√®re, en accompagnement d’une r√©flexion ou d’une m√©ditation… les situations sont¬†tr√®s vari√©es), mais surtout, je m’en sers comme d’un pont, d’une porte, permettant d’acc√©der et de communiquer avec ce monde invisible pour les yeux, et pourtant bien pr√©sent autour de nous.

C’est l√†, je crois, l’utilisation principale que j’ai de l’ogham : l’interaction avec les esprits des lieux, plantes alli√©es et animaux de passage. Et les occasions ne manquent pas ! En accompagnement d’une offrande, d’une purification, en remerciement pour un travail effectu√©, sous la forme d’un chant abandonn√© au vent et aux feuilles qui dansent et bruissent en rythme…

Jeu d'oghams en bois miniature, motif triskel

Pour ma part, je travaille avec diff√©rents ¬ę¬†paradigmes¬†¬Ľ d’ogham. Je n’ai eu de cesse de le r√©p√©ter jusque l√†, mais l’ogham n’est pas simplement repr√©sent√© par une s√©lection d’arbres, chaque fid¬†poss√®de un √©ventail de notions et de significations propres.

Comme la plupart des gens, j’ai commenc√© √† travailler avec l’ogham des arbres, le plus connu, avant de me rendre compte qu’il √©tait difficilement adaptable selon l’endroit et la situation dans laquelle vous vous trouvez. C’est tr√®s simple : le concept associ√© √† Sail par exemple, l’id√©e de cycle, de courant, vous pouvez l’emmener n’importe o√Ļ avec vous, les saules en revanche, il n’en pousse pas partout.

Une solution si vous d√©cidez de travailler avec l’ogham des arbres peut √™tre de remplacer les arbres traditionnels par d’autres correspondant davantage √† la r√©gion o√Ļ vous r√©sidez. On s’√©loigne de la ¬ę¬†tradition¬†¬Ľ en agissant ainsi, mais mieux vaut s’adapter √† ce qui est d√©j√† sur place plut√īt que de chercher √† introduire des esp√®ces non indig√®nes qui pourraient s’av√©rer invasives ou destructrices pour l’√©cosyst√®me d√©j√† en place.

Quoi qu’il en soit, pour un apprentissage de cet ogham en particulier, je ne peux que vous encourager √† aller √† la rencontre des arbres que vous choisirez, pour les conna√ģtre vraiment. Il ne suffit pas de se dire que le ch√™ne symbolise la force pour parvenir √† le comprendre, il faut l’√©prouver, le vivre, le ressentir au plus profond de son √™tre.

Peut-√™tre serez-vous davantage attir√© par l’ogham des oiseaux ou des couleurs. Peut-√™tre finirez-vous m√™me par cr√©er le v√ītre ! J’ai pu voir ainsi un ogham des plan√®tes, r√©alis√© gr√Ęce aux connaissances en astrologie de son auteure. J’ai pour ma part un ogham personnel li√© √† la mer, et je travaille depuis quelques temps √† m’en cr√©er un sp√©cial plantes toxiques et empoisonneuses.

Il ne s’agit pas de cr√©er des correspondances entre les diff√©rents oghams que vous listez ainsi, mais √† partir du moment o√Ļ vous poss√©dez une symbolique riche et d√©velopp√©e sur un th√®me en particulier, y retrouver les diff√©rents feda¬†et concevoir un ogham devient un jeu d’enfant.

Jeu d'oghams d'apprentissage en bois

Vous l’aurez compris, s’approprier l’ogham est avant tout une qu√™te personnelle, et rien ne remplacera votre exp√©rience, pas m√™me les meilleures lectures que vous pourrez avoir¬†sur le sujet. S’informer, c’est bien, c’est m√™me n√©cessaire pour ne pas se lancer sans aucun rep√®re dans un monde inconnu ; mais exp√©rimenter par vous-m√™me, c’est in-dis-pen-sa-ble. Maintenant que cette s√©rie d’articles est achev√©e et que les bases sont d√©sormais pos√©es, je ne peux que vous inviter √†¬†suivre ce dernier conseil : ne restez donc pas coll√© √† cet √©cran que vous regardez en ce moment-m√™me, posez vos livres et partez sans tarder √† la d√©couverte de l’ogham ! De votre ogham ūüėČ

Frise lierre - Séparation de texte

Retrouvez tous les articles de cette série :

Partie 1 РIntroduction au système
Partie 2 – Signification des feda
Partie 3 РMéthodes de divination
Partie 4 – S’approprier l’alphabet

Obtenez votre propre jeu d'oghams pyrogravés
√Ä la d√©couverte de l’Ogham – M√©thodes de divination (3/4)

√Ä la d√©couverte de l’Ogham – M√©thodes de divination (3/4)

Il existe bon nombre de raisons pouvant amener √† utiliser l’ogham comme support divinatoire, et s√Ľrement tout autant de fa√ßons de l’aborder. Pour ma part, ce n’est pas l’utilisation principale que j’ai de cet outil, mais il m’arrive tout de m√™me de m’en servir pour quelques tirages. Quoi qu’il en soit, il est √©vident que je ne pouvais pas ne pas parler de divination dans une s√©rie d’articles √©voquant l’ogham.

De nombreuses m√©thodes permettent d’int√©grer l’ogham √† une pratique de divination ; ma volont√© ici n’est donc pas d’√™tre totalement exhaustive, mais plut√īt de vous donner quelques pistes et id√©es, issues de mon exp√©rience personnelle et de la connaissance de l’ogham que j’ai pu acqu√©rir au fil du temps. Si d’aventure vous souhaitiez partager les v√ītres pour compl√©ter mes propos, j’en serais absolument ravie !

Jeu d'oghams sur tranches de bois "Dair", motif feuille de chêne

ūüĆŅ Quel format choisir ?

On commence par un petit rappel : l’ogham, ce n’est pas un jeu de tarot. Et bien qu’il existe de nombreux decks disponibles aujourd’hui se basant sur notre cher alphabet celte, je ne vous les recommanderais pas forc√©ment (et pourtant, croyez-moi, je suis une amoureuse des jeux de carte !). Comprenez-moi bien, ce n’est pas que l’id√©e est mauvaise en soi, un deck est pratique √† emporter un peu partout, c’est un format de lecture plut√īt accessible, et il y aura toujours un ou une artiste pour nous faire craquer sur ses illustrations…

Non, l’ennui √† mes yeux, c’est que la plupart (pour ne pas dire tous ces jeux) se fixent sur l’ogham des arbres uniquement. Et si vous ne l’aviez pas encore compris √† la lecture de mes pr√©c√©dents articles, je trouve √ßa extr√™mement restrictif. Non vraiment, je trouve √ßa tr√®s dommage¬†de laisser de c√īt√© ainsi toute la richesse d’interpr√©tation que poss√®de l’ogham √† l’origine pour n’en conserver qu’un unique pan, qu’une seule facette. Prenez une for√™t, coupez tous les arbres pour n’en garder que les sapins.¬†Vous trouvez √ßa comment, vous ?

Traditionnellement, les jeux d’oghams sont plut√īt grav√©s sur de courtes tiges ou b√Ętons de bois. Plats, ronds, √©corc√©s ou non… c’est √† vous de choisir ce qui vous attire et ce qui vous conviendra le mieux √† l’usage. Ce format permet des tirages plut√īt sympas fa√ßon mikado, en jetant le set entier devant soi pour ensuite faire¬†la lecture des diff√©rents oghams qui interagissent alors entre eux, en se chevauchant, en se croisant ou, au contraire, en se tournant le dos.

Pour ma part, mon format favori reste les rondelles de bois. Pour avoir eu les deux en ma possession, la prise en main et le rangement sont facilit√©s avec les tranches (oui, c’est totalement subjectif), et celles-ci me permettent surtout d’avoir un c√īt√© pile et un c√īt√© face, et ainsi de voir imm√©diatement dans un tirage complet quels feda seront lus¬†ou plut√īt laiss√©s de c√īt√© (si ce n’est pas clair, rassurez-vous : je vous explique ma m√©thode de tirage un peu plus loin).

ūüĆŅ Quelle mati√®re privil√©gier ?

Pour ce qui est du choix du mat√©riau √† utiliser, chacun piochera ici aussi des id√©es¬†en fonction de ses pr√©f√©rences. Le bois coule √©videmment de source, surtout si vous choisissez de travailler avec l’ogham des arbres. Dans ce cas et si vous √™tes courageux, vous pouvez m√™me partir √† la recherche des¬†diff√©rentes essences de bois composant cet ogham, pour ainsi cr√©er un set dans lequel chaque fid sera grav√© sur le type de bois qui lui correspond.

D’autres mati√®res naturelles peuvent √©galement √™tre envisag√©es : je pense notamment aux pierres fines ou √† celles beaucoup plus communes ramass√©es le long d’un chemin¬†(soyez sympas, √©vitez les galets de plage ou de rivi√®re) ou plus original, quelques morceaux d’ambre, une poign√©e de glands ou de coquillages, des pi√®ces de cuir ou m√™me des osselets… L’imagination sera votre seule limite !

Enfin, tout comme on peut trouver aujourd’hui des jeux de runes en verre, cette mati√®re peut aussi √™tre une alternative int√©ressante pour la neutralit√© et la stabilit√© qu’elle permet d’obtenir (n’en d√©plaise aux puristes qui vous diront qu’il vous faut absolument une mati√®re vivante sans quoi votre jeu ne fonctionnera pas et blablabla).¬†

Oghams gravés sur des morceaux de verre de mer
J’ai personnellement un gros faible pour le verre de mer color√© ‚ô•

ūüĆŅ M√©thodes¬†de tirage

Selon le format choisi pour votre jeu d’ogham, la fa√ßon de le tirer, de le lire et de l’interpr√©ter ne sera √©videmment pas la m√™me. Un support √† base de cailloux ou de branchettes vous permettra d’aller vers une interpr√©tation plus libre et moins formelle qu’avec un jeu de cartes. Une fois de plus, c’est √† vous de voir en fonction de ce que vous recherchez.

Si vous choisissez d’utiliser des cartes, la plupart des √©talements classiques fonctionnent tr√®s bien : 3 cartes, 5 cartes, la fameuse croix celtique, et j’en passe. J’insiste l√†-dessus, mais souvenez-vous qu’avec un jeu de cartes illustr√©, vous n’avez pour chaque ogham que la symbolique que lui attribue l’auteur du deck au travers de sa repr√©sentation. Partant de l√†, il peut √™tre difficile d’y int√©grer la sienne propre.

L’avantage d’un jeu d’ogham sur lequel ne figure que les caract√®res eux-m√™mes, c’est qu’il laisse au contraire le champ libre √† votre compr√©hension de chacun des diff√©rents feda, sans aucune imagerie pour vous influencer dans un sens ou dans l’autre. En optant pour un autre format que les cartes, c’est certes un peu plus difficile √† appr√©hender au d√©part, mais c’est un tout autre monde qui s’ouvre √† vous au fur et √† mesure que vous vous familiarisez avec le syst√®me.

Pour effectuer un tirage avec des b√Ętons ou des rondelles de bois, il vous suffira de les prendre tous dans vos mains (ou de bien les secouer dans leur pochette si ce n’est pas possible), et de les jeter (pas trop fort quand m√™me) de fa√ßon √† ce qu’ils retombent sur un petit tapis ou une nappe que vous aurez √©tendu au pr√©alable devant vous. La lecture qui s’en suit devra √™tre guid√©e par votre instinct : laissez-vous inspirer par les formes et les sch√©mas qui √©mergent de la position des oghams. Instaurez vos propres r√®gles d’interpr√©tation et d√©veloppez-les au fil du temps et des tirages.

Pour ma part, j’√©limine d’office toutes les pi√®ces qui ne montrent que leur dos, ainsi que celles sorties de ma zone de tirage (c’est-√†-dire, le plus souvent, de la peau que j’utilise). Les oghams les plus proches du centre sont au cŇďur du probl√®me ou de la situation √† analyser, ceux plus √©loign√©s ont une moindre influence sur l’ensemble de la lecture. Je n’interpr√®te pas les oghams comme √©tant droit ou renvers√©s : je ne le fais d√©j√† pas avec mes jeux de tarot, mais l√†, √ßa n’aurait tout simplement aucun sens (sans mauvais jeu de mot). Beith renvers√© deviendrait h-√öath, et ainsi de suite pour les deux premiers aicmi.

Tirage divinatoire d'oghams

Pour vous familiariser avec ce type de tirage, je ne peux que vous conseiller de commencer avec un nombre limit√© de feda. Choisissez sans les regarder quelques pi√®ces de votre jeu (√† vous d’en d√©terminer le nombre), et lancez-les ensuite devant vous de la m√™me fa√ßon. M√™me s’il n’est compos√© que de vingt caract√®res, avoir un set complet d’oghams √©tal√© devant soi peut √™tre impressionnant, et il est normal en phase d’apprentissage de ne pas savoir par quel bout commencer, ni o√Ļ donner de la t√™te. C’est comme pour le Petit Lenormand, on commence rarement √† travailler avec ce syst√®me en s’attaquant directement au Grand Tableau.

Encore plus simple ? Travailler avec un seul fid √† la fois. √áa peut suffire, au moins le temps de bien int√©grer la signification de chaque caract√®re avant de tenter de les combiner entre eux. Tirez-en un le matin pour avoir un aper√ßu de votre journ√©e, ou un le soir pour voir de quelle fa√ßon il s’est manifest√© durant vos activit√©s. Gardez de quoi prendre quelques notes pour les relire plus tard, vous pourrez ainsi observer votre progression et d√©velopperez jour apr√®s jour votre compr√©hension de l’ogham et de ses arcanes.

ūüĆŅ Pr√©sages au quotidien

Si dans la pratique de la divination, l’id√©e est de demander une r√©ponse, de chercher √† conna√ģtre ou comprendre quelque-chose en interrogeant un support, l’ogham peut √©galement √™tre lu d’une toute autre mani√®re. Il n’est pas n√©cessaire d’avoir un set en permanence avec soi pour travailler avec l’ogham, il est possible de le trouver un peu partout autour de soi, simplement en ouvrant les yeux, en pr√™tant attention √† ce qui nous entoure.

Au cours d’une sortie en pleine nature, il arrive parfois que l’on tombe sur une pierre ayant des marques √©voquant l’un ou l’autre fid. Ou peut-√™tre est-ce un enchev√™trement de branches qui attire soudainement votre regard, ou quelques brindilles d√©pos√©es par le vent que vous d√©couvrez en travers du chemin… Arr√™tez-vous un instant et notez mentalement le message d√©livr√© par l’ogham, laissez parler votre intuition ou attendez un peu plus tard si vous n’√™tes pas certain de le comprendre imm√©diatement.

Interpr√©ter un signe n’est pas du tout la m√™me chose que consulter un oracle, quel qu’en soit le support. C’est une fa√ßon plus passive de travailler avec l’ogham (ce qui ne veut pas dire moins efficace pour autant), puisqu’il est impossible de forcer un signe √† appara√ģtre et se manifester. On ne peut que le recevoir. Mais lorsqu’il se produit, le pr√©sage permet bien souvent de confirmer un ressenti, un choix ou une prise de d√©cision. Prenez simplement garde de ne pas voir des signes partout, rappelez-vous qu’il s’agit de quelque-chose de plut√īt rare, √† interpr√©ter √† bon escient.

ūüĆŅ Autres utilisations

Pour aller plus loin, j’aimerais aborder rapidement quelques autres utilisations de l’ogham, qui n’entrent pas du tout dans le cadre de la divination cette fois-ci, mais qui vous int√©resseront peut-√™tre, qui sait ?

Au sein d’une pratique spirituelle ou magique, l’ogham n’est pas forc√©ment l’outil vers lequel la plupart des gens vont se tourner spontan√©ment. Il faut dire que leurs cousines germaines les runes ont souvent la part belle, et pourtant ! Employ√©s dans la confection d’une amulette ou d’un charme, grav√©s sur des objets du quotidien pour les impr√©gner d’une intention, marqu√©s sur la peau pour s’accorder une b√©n√©diction ou d√©velopper de nouveaux talents, trac√©s devant soi ou visualis√©s durant une m√©ditation… Les possibilit√©s sont immenses pour int√©grer les diff√©rents feda √† votre quotidien et lui apporter une touche de magie suppl√©mentaire.

Petit charme de croissance, oghams gravés sur un morceau de bois
Petit cactus deviendra grand…

Un autre exemple qui me vient en t√™te est celui des mudras : former les caract√®res de l’ogham avec ses mains pour se familiariser avec leur √©nergie. Je vous vois venir, qu’est-ce que cette pratique orientale a √† voir avec l’ogham celtique ? Ce n’est pas une adaptation que j’ai invent√© de toute pi√®ce, rassurez-vous. En r√©alit√©, bien avant d’√™tre connu comme syst√®me divinatoire, l’ogham a tr√®s probablement servi √† communiquer et √† faire passer des messages, en utilisant diff√©rentes parties du corps comme ¬ę¬†socle¬†¬Ľ pour tracer les feda en toute discr√©tion. Cette utilisation de l’alphabet est notamment √©voqu√©e dans In Lebor Ogaim, texte dans lequel on peut d√©couvrir un ogham de la main, un autre de la jambe et m√™me un ogham du nez !

Alors en attendant la semaine prochaine et le dernier article qui viendra cl√īturer cette s√©rie, voil√† de quoi vous amuser un peu avec l’ogham ! Allez, deux doigts en travers du visage pour me faire un Gort s’il vous pla√ģt… ūüėõ

Frise lierre - Séparation de texte

Retrouvez tous les articles de cette série :

Partie 1 РIntroduction au système
Partie 2 – Signification des feda
Partie 3 РMéthodes de divination
Partie 4 – S’approprier l’alphabet

Obtenez votre propre jeu d'oghams pyrogravés
√Ä la d√©couverte de l’Ogham – Signification des feda (2/4)

√Ä la d√©couverte de l’Ogham – Signification des feda (2/4)

La semaine derni√®re, il √©tait question d’une introduction √† l’ogham celtique avec quelques d√©finitions de ce qu’il est, mais aussi de ce qu’il n’est pas, pour vous permettre de le d√©couvrir ou de le red√©couvrir avec un Ňďil neuf, loin de toute id√©e re√ßue. Aujourd’hui, je vous propose d’aller au cŇďur de cet alphabet, et d’explorer plus en d√©tail chacun des feda qui le composent.

Pour chaque caract√®re pr√©sent√©, vous pourrez donc trouver ici son nom ga√©lique accompagn√© de sa traduction, la lettre associ√©e, ainsi que quelques mots-clefs permettant de retenir ais√©ment l’id√©e principale port√©e par chaque fid. Et pour compl√©ter un peu tout √ßa, en plus d’un rappel du classique ogham des arbres, j’ai √©galement ajout√© les associations connues pour l’ogham des couleurs et celui des oiseaux.

Les significations que je vous propose ne sont bien √©videmment pas exhaustives, il existe un large panel de significations pour chaque fid. Celles-ci sont une base sur laquelle vous pouvez vous appuyer pour apprendre, et n’attendent que d’√™tre √©tendues et am√©lior√©es de vos interpr√©tations personnelles. Au fur et √† mesure que vous avancerez avec l’ogham, vous pourrez d√©velopper de nouveaux sens, de nouveaux symboles, et tisser de nouveaux liens.

Obtenez votre propre jeu d'oghams pyrogravés

Mais avant d’en arriver l√†, il est essentiel de bien int√©grer les bases de ce langage : ce que signifie chaque caract√®re, et de quelle fa√ßon ils interagissent entre eux et avec nous-m√™mes. Soyez toujours conscients des outils avec lesquels vous travaillez, ayez en t√™te leur fonctionnement, les possibilit√©s qu’ils offrent, mais √©galement leurs limites.

‚ÄĘ Premier aicme

ūüĆŅ Beith

Beith

Lettre : B
Traduction : Bouleau
Mot-clef : Purification

Ogham des arbres : Beith, le bouleau
Ogham des couleurs : B√°n, blanc
Ogham des oiseaux : Besan, le faisan

Avec son √©corce blanche reconnaissable au milieu des autres arbres, le bouleau est un arbre traditionnellement associ√© √† la purification, au nettoyage du corps comme de la maison. Au sein d’une pratique magique, Beith est donc un excellent choix pour effectuer un rituel ou un travail ayant trait √† la purification. Son √©nergie aide au nettoyage de l’espace sacr√©, et permet par ailleurs de clarifier une intention avant de commencer un nouveau projet. En tant que tout premier caract√®re de l’ogham, Beith est en effet fortement li√© aux nouveaux d√©parts, et favorise la discipline n√©cessaire pour mener √† bien une nouvelle id√©e.

ūüĆŅ Luis

Luis

Lettre : L
Traduction : Flamme, ou herbe
Mots-clefs : Inspiration, gu√©rison

Ogham des arbres : Caorann, le sorbier
Ogham des couleurs : Liath, gris
Ogham des oiseaux : Lachu, le canard

Le feu est un √©l√©ment essentiel √† la tradition celtique : l’awen, y est souvent d√©crit comme un feu sacr√© naissant dans la t√™te de celui ou celle qui en b√©n√©ficie. Luis est ce feu sacr√©, l’inspiration accord√©e par l’awen. Mais tout comme la d√©esse Brighid incarne √† la fois les qualit√©s de po√®te, forgeronne et gu√©risseuse, Luis repr√©sente √©galement la gu√©rison, le rem√®de offert par les plantes que l’on pr√©pare et fait infuser au-dessus des flammes. En ce sens, Luis est parfaitement indiqu√© pour tout travail incluant l’utilisation d’herbes ou de fleurs r√©colt√©es et pr√©par√©es. Associ√© au sorbier protecteur, il renforce les charmes visant √† se pr√©server d’influences n√©fastes.

ūüĆŅ Fern

Fern

Lettre : F ou V
Traduction : Aulne
Mot-clef : Protection

Ogham des arbres : Fern, l’aulne
Ogham des couleurs : Flann, rouge
Ogham des oiseaux : Faelinn, la mouette

Utilis√© pour la confection des boucliers des guerriers, le bois d’aulne renvoie √† l’id√©e de protection exprim√©e par ce fid. Mais il servait √©galement √† la fabrication des seaux permettant de contenir le lait du troupeau, un produit essentiel √† la survie dans les soci√©t√©s celtes s√©dentaires. Tout comme le guerrier se bat pour d√©fendre ceux qu’il aime, le contenant a pour but de prot√©ger ce qui se trouve √† l’int√©rieur. Fern est ainsi particuli√®rement adapt√© pour les actions visant √† se prot√©ger soi-m√™me ou ses proches, en se construisant un cocon tout autour, un abri, une tani√®re au sein de laquelle s’abriter.

ūüĆŅ Sail

Sail

Lettre : S
Traduction : Saule
Mots-clefs : Courant, flux

Ogham des arbres : Sail, le saule
Ogham des couleurs : Sodath, ¬ę¬†de couleur fine¬†¬Ľ, probablement ivoire ou jaune p√Ęle
Ogham des oiseaux : Seg, le faucon

Le flux, le reflux, le courant… Sail est un fid essentiellement li√© √† l’√©l√©ment eau. Les cycles repr√©sentent son domaine de pr√©dilection, qu’il s’agisse des mar√©es, du changement de saison ou des diff√©rentes phases de la lune. Sail permet de fixer un timing √† une action magique, et peut √™tre utilis√© pour tout travail en lien avec l’eau ou les fluides de fa√ßon g√©n√©rale. Il invite √† s’harmoniser avec le courant et le temps qui passe, √† se laisser porter par lui pour en profiter pleinement plut√īt que de lutter contre et se retrouver d√©pass√©.

ūüĆŅ Nin

Nin

Lettre : N
Traduction : Lettre, ou fourche
Mot-clef : Connexion

Ogham des arbres : Fuinseóg, le frêne
Ogham des couleurs : Necht, transparent
Ogham des oiseaux : Naescu, la b√©cassine

Nin poss√®de deux significations : une lettre permettant de sceller un contrat, mais √©galement une pi√®ce essentielle du m√©tier √† tisser. Dans les deux cas, Nin est un fid de connexion, de lien, il relie les fibres entre elles tout comme il cr√©e du lien entre plusieurs personnes. Il est la toile que l’on tisse patiemment, et s’av√®re tr√®s utile pour renforcer une relation, une amiti√©, une communaut√©, ou pour rassembler les gens autour d’une cause commune. Dans son aspect de lettre, il permet √©galement une meilleure communication, de m√™me qu’il favorise les accords √©crits et contrats en tout genre.

‚ÄĘ Deuxi√®me aicme

ūüĆŅ h-√öath

Huath

Lettre : H
Traduction : Terreur
Mot-clef : Désespoir

Ogham des arbres : Sceach gheal, l’aub√©pine
Ogham des couleurs : √öath, ¬ę¬†terrible¬†¬Ľ, la couleur des bleus et des blessures
Ogham des oiseaux : Hadaig, le corbeau ¬ę¬†nocturne¬†¬Ľ

Lorsqu’il sort au cours d’un tirage divinatoire, h-√öath annonce bien souvent des difficult√©s √† venir, des challenges et des peurs qu’il faudra surmonter. Mais en allant au-del√† de son aspect n√©gatif, il permet √©galement de voir de quelle fa√ßon ces obstacles peuvent g√©n√©rer une nouvelle force int√©rieure. H-√öath parle de r√©silience face aux cahots de la vie. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que ce fid est associ√© √† l’aub√©pine, un arbuste connu sous le nom d’√©pine blanche, protectrice puissante mais intransigeante. Ce n’est certainement pas l√† l’ogham le plus facile √† manipuler dans une action magique, mais ses r√©sultats sont √† la hauteur des efforts qu’il demande.

ūüĆŅ Dair

Dair

Lettre : D
Traduction : Chêne
Mots-clefs : Force

Ogham des arbres : Dair, le chêne
Ogham des couleurs : Dubh, noir
Ogham des oiseaux : Droen, le roitelet

Le ch√™ne, le roi de la for√™t r√©v√©r√© par les celtes et les druides, et qui reste encore aujourd’hui l’un arbres les plus estim√©s, avec une v√©ritable aura magique autour de lui. De par son association avec le ch√™ne, Dair porte les id√©es de long√©vit√©, de droiture, de stabilit√©, d’endurance et de force. Mais il est √©galement le gardien des seuils, ces lieux de transition entre deux mondes, o√Ļ la rencontre avec le sacr√© est possible. Dair est un fid g√©n√©reux, d’expansion, capable de g√©n√©rer une grande puissance. Attention toutefois √† ne pas se laisser enfermer dans une √©nergie inverse avec cet ogham, en allant vers trop d’inflexibilit√© et d’obstination.

ūüĆŅ Tinne

Tinne

Lettre : T
Traduction : Lingot
Mot-clef : Ma√ģtrise

Ogham des arbres : Cuileann, le houx
Ogham des couleurs : Temen, gris foncé
Ogham des oiseaux : Truith, l’√©tourneau

Par d√©finition, Tinne est le fid du forgeron ; il se rapporte donc de fa√ßon g√©n√©rale au travail manuel, √† la cr√©ation et √† la prosp√©rit√© mat√©rielle qui en d√©coule. Tout comme le forgeron fa√ßonne le m√©tal, l’artisan transforme le mat√©riau brut en un objet utile et bien fait. Tinne est d’une tr√®s bonne aide pour d√©bloquer les projets cr√©atifs, pour apprendre et d√©velopper de nouvelles comp√©tences manuelles, et est particuli√®rement adapt√© au travail des bijoutiers, des sculpteurs, de tous ceux qui travaillent le m√©tal… Dans un sens plus moderne, il peut √©galement repr√©senter les nouvelles technologies et tout ce qui a trait √† l’informatique.

ūüĆŅ Coll

Coll

Lettre : C
Traduction : Noisetier
Mot-clef : Sagesse

Ogham des arbres : Coll, le noisetier
Ogham des couleurs : Crón, marron
Ogham des oiseaux : Absent dans la liste de l’Enogam. Erynn Rowan Laurie propose toutefois un ajout int√©ressant dans Ogam Weaving Word Wisdom, avec C√≥rr, la grue ou le h√©ron, deux oiseaux traditionnellement associ√©s √† l’id√©e de sagesse.

Dans les textes de mythologie celte, le noisetier est l’un des tous premiers symboles de sagesse, avec le saumon qui en mange les fruits lorsque ceux-ci finissent par tomber √† sa port√©e. Coll est un fid de recherche, de discernement et de connaissance, qui n√©cessite d’acqu√©rir une certaine patience. C’est un ogham li√© √† l’Autre-Monde, qui permet de recevoir et de d√©chiffrer des signes, des pr√©sages. Il est intimement li√© √† la sagesse que la nature peut apporter √† tout un chacun, si tant est que l’on sait o√Ļ la chercher, quoi observer, sentir ou √©couter… Il est √©galement une aide pr√©cieuse pour tout travail de connaissance de soi et de d√©veloppement personnel.

ūüĆŅ Ceirt

Ceirt

Lettre : Q
Traduction : Chiffon, ou arbuste
Mots-clefs : Malheur, malchance

Ogham des arbres : √öll, le pommier
Ogham des couleurs : Quair, ¬ę¬†couleur souris¬†¬Ľ, brun-gris l√©gerOgham des oiseaux : Querc, la poule

Sans aucun doute le fid le plus complexe √† comprendre et √† appr√©hender apr√®s h-√öath. Lorsque Ceirt appara√ģt dans un tirage, il est signe de malchance, donnant naissance √† une intense frustration, voire √† une forme d’auto-destruction. Il invite √† se replier sur soi, √† prendre soin de son √™tre, le temps de parvenir √† clarifier la situation. Tout comme h-√öath, ce n’est pas un ogham recommand√© aux d√©butants. M√™me s’il peut parfois √™tre employ√© dans le cadre d’un travail de gu√©rison, en association avec d’autres feda √©minemment positifs, travailler avec demande beaucoup de pr√©cautions et ne laisse que tr√®s peu de marge pour les erreurs.

‚ÄĘ Troisi√®me aicme

ūüĆŅ Muin

Muin

Lettre : M
Traduction : Amour, estime, ou ruse
Mot-clef : Communication

Ogham des arbres : Finemain, la vigne
Ogham des couleurs : Mbracht, multicolore
Ogham des oiseaux : Mintan, la m√©sange

Muin poss√®de une multitude de significations, mais il est essentiellement un fid de communication, particuli√®rement adapt√© pour trouver sa voix / voie, ainsi que la meilleure fa√ßon de l’exprimer. Il est associ√© au plaisir, √† l’amour (de soi et des autres), la g√©n√©rosit√© et l’abondance… mais √©galement √† leurs aspects plus n√©gatifs : l’envie, la jalousie ou encore le mensonge et la manipulation. Dans le cadre d’un d√©veloppement personnel, Muin peut √™tre d’une tr√®s grande aide pour parvenir √† l’expression de soi, √† la lib√©ration de la parole et des sentiments. Il permet de s’affirmer face au monde tout en favorisant la communication avec les autres.

ūüĆŅ Gort

Gort

Lettre : G
Traduction : Jardin, Prairie
Mot-clef : Croissance

Ogham des arbres : Edeand, le lierre
Ogham des couleurs : Gorm, bleu
Ogham des oiseaux : Géis, le cygne

Gort, c’est le jardin dans lequel on se sent bien, le petit coin de paradis o√Ļ se r√©fugier en ext√©rieur. C’est le champ travaill√© patiemment qui promet d’apporter r√©colte et abondance. Une oasis dans laquelle s’arr√™ter un instant pour se ressourcer pleinement. C’est un fid qui parle de fertilit√© et de nourriture, d’hospitalit√© et d’√©changes, de g√©n√©rosit√© et de b√©n√©dictions √† partager. Mais tout comme le champ de bl√© ne parvient pas tout seul √† pleine maturit√©, Gort requiert beaucoup de travail et de patience pour voir ses effets se faire sentir. Il est efficace sur du long terme, pour porter un projet jusqu’√† son terme et aider √† le faire fructifier. S’il peut aider √† cr√©er un espace dans lequel la s√©r√©nit√© et l’abondance r√®gnent, Gort invite √©galement √† faire preuve de gratitude, √† reconna√ģtre les richesses que l’on poss√®de d√©j√†.

ūüĆŅ nG√©tal

Ngetal

Lettre : Ng
Traduction : Blessure, ou charme
Mot-clef : Gu√©rison

Ogham des arbres : Giolach, le roseau
Ogham des couleurs : Nglas, vert
Ogham des oiseaux : Ng√©igh, l’oie

A double tranchant, ce fid peut tour √† tour repr√©senter une blessure ou la gu√©rison qui s’en suit, une maladie ou son rem√®de. NG√©tal est un ogham d’√©quilibre, qui se balance d’un c√īt√© √† l’autre et fluctue en fonction des √©v√©nements. Dans tous les cas, s’il survient dans un tirage divinatoire, il invite le consultant √† s’int√©resser √† son √©tat de sant√©, ainsi qu’√† √† ses habitudes de vie au quotidien. Dans une pratique magique, il s’agit de l’ogham de pr√©dilection pour tout travail de gu√©rison ou de soin ; il est ainsi possible de le tracer directement sur la zone √† traiter, avec de l’eau, des huiles essentielles ou une infusion de plantes pr√©par√©e dans ce but (renseignez-vous sur leurs propri√©t√©s avant, n’allez pas faire n’importe quoi avec n’importe quelle plante ou huile essentielle). Renforc√© par un charme – chant ou pri√®re, son effet n’en sera que plus efficace.

ūüĆŅ Straif

Straif

Lettre : Z
Traduction : Soufre
Mot-clef : Transformation

Ogham des arbres : Draighean, le prunellier
Ogham des couleurs : Sorcha, ¬ę¬†brillant¬†¬Ľ, blanc ou jaune √©clatant
Ogham des oiseaux : Smólach, la grive

Straif est un fid associ√© au myst√®re, √† l’invisible, √† ce qui est tenu secret, occulte. Il permet essentiellement de r√©v√©ler ce qui est profond√©ment cach√©, pour ensuite le transformer et le sublimer. Ogham de choix pour tout travail spirituel intense, Straif est id√©al pour les rites de transformation, durant lesquels le pratiquant est amen√© √† changer de peau, √† passer d’une forme √† l’autre. Il sera √©galement un compagnon parfait pour les adeptes du ¬ę¬†shapeshifting¬†¬Ľ, une pratique fr√©quemment √©voqu√©e dans les textes de mythologie celtique. Lorsqu’il appara√ģt dans un tirage, ce fid annonce souvent un changement inattendu √† venir – pour le pire ou le meilleur, soyez pr√™ts √† tout !

ūüĆŅ Ruis

Ruis

Lettre : R
Traduction : Rouge
Mot-clef : Passion

Ogham des arbres : Trom, le sureau
Ogham des couleurs : Ruadh, roux
Ogham des oiseaux : R√≥cnat, le corbeau freux

Fid de la passion, Ruis traite essentiellement des √©motions intenses et passionn√©es, telles que la col√®re et la rage, ou de l’autre c√īt√© du spectre, l’excitation et l’extase. C’est un ogham plein d’ardeur, presque explosif, √† l’√©nergie tr√®s difficile √† ma√ģtriser une fois rel√Ęch√©e. La fr√©n√©sie guerri√®re d√©crite dans les mythes et l√©gendes irlandaises se manifeste en Ruis, tout comme la sensualit√©, l’√©rotisme et la sexualit√©. Vous l’aurez compris, il s’agit l√† d’un ogham au caract√®re plut√īt intense, qu’il est fortement recommand√© de temp√©rer √† l’aide d’autres feda plus doux et mod√©r√©s.

ūüĆŅ Ailm

Ailm

Lettre : A
Traduction : Cri
Mot-clef : Commencement

Ogham des arbres : Ochtach, le pin, ou Gi√ļis, le sapin
Ogham des couleurs : Alad, ¬ę¬†couleur de pie¬†¬Ľ, noir et blanc mouchet√©
Ogham des oiseaux : Aidhircleóg, le vanneau

Si Beith permet de clarifier ce par quoi il faut commencer, Ailm lui, repr√©sente le d√©but en lui-m√™me : le premier pas, le premier souffle, le premier cri du nourrisson. C’est un fid d’initiation, de passage d’un √©tat √† un autre. Il est fortement li√© √† l’Autre-Monde et aux anc√™tres, repr√©sentant les diff√©rents cycles des vies pass√©es et √† venir, de l’origine √† la fin, de la naissance √† la mort. Lorsqu’Ailm appara√ģt dans un tirage, il peut indiquer que le consultant est arriv√© √† un seuil, un moment de r√©v√©lation important au cŇďur de son parcours, dans l’attente d’un premier pas qui lui permettra de plonger ensuite dans une nouvelle vie.

ūüĆŅ Onn

Onn

Lettre : O
Traduction : Fondation, ou Roue
Mot-clef : Mouvement

Ogham des arbres : Aiteann ou conasg, l’ajonc
Ogham des couleurs : Odhar, brun-gris foncé
Ogham des oiseaux : Odoroscrach, la chouette effraie ou le cormoran à aigrettes (suppositions non confirmées)

Traduit par les mots ¬ę¬†fondation¬†¬Ľ et ¬ę¬†roue¬†¬Ľ, Onn repr√©sente √† la fois le mouvement et la force lui donnant naissance. Il repr√©sente les diff√©rents chemins √† suivre, mais √©galement les choix √† faire pour d√©cider lesquels arpenter ou laisser de c√īt√©. Il est li√© au voyage, spirituel ou physique, et permet de d√©terminer la direction √† suivre, o√Ļ aller, et que faire pour y parvenir. Onn est un compagnon id√©al pour vagabonder au d√©tour des chemins comme pour partir en p√®lerinage dans un but pr√©cis. Dans un travail magique ou de d√©veloppement personnel, il peut √™tre d’une grande aide pour lever des blocages et favoriser la remise en route d’une √©nergie ou d’un projet.

ūüĆŅ √ör

Ur

Lettre : U
Traduction : Terre
Mot-clef : Mort

Ogham des arbres : Froech, la bruyère
Ogham des couleurs : Usghda, ¬ę¬†r√©sineux¬†¬Ľ, ambr√©
Ogham des oiseaux : Uise√≥g, l’alouette

Ogham terrestre par excellence, √ör a tout √† voir avec la fin et le deuil qui l’accompagne. En ce sens, il repr√©sente √©videmment la mort physique du corps, mais il peut √©galement annoncer l’arr√™t brutal d’une situation, d’une relation, d’un travail… Dans tous les cas, il s’agit de quelque-chose de d√©finitif et d’in√©vitable ; l’id√©e de destin√©e et de fatalit√© fait partie de l’essence de ce fid. Dans une pratique spirituelle, son rapport √† la terre favorise l’ancrage et la stabilit√©. Il est √©galement tout indiqu√© pour la pr√©paration d’offrandes, ou pour couper des liens devenus inutiles ou pesants. Enfin, √ör peut favoriser la communication avec les esprits, qu’il s’agisse de d√©funts ou d’esprits des lieux (genius loci).

ūüĆŅ Edad

Edad

Lettre : E
Traduction impossible – Id√©e d’interpr√©tation : Amanite
Mot-clef : Vision

Ogham des arbres : Crann creathach, le tremble, ou peuplier
Ogham des couleurs : Erc, t√Ęchet√© de rouge
Ogham des oiseaux : Eala, le cygne

A cause du manque de traduction, Edad peut √™tre un ogham difficile √† cerner √† premi√®re vue. Son action tourne autour des r√™ves et des visions ; √† la fa√ßon d’une plante enth√©og√®ne, il peut ainsi favoriser les √©tats modifi√©s de conscience voire la transe chamanique. C’est un fid √©galement li√© aux pratiques de divination et de voyance, qu’il peut accompagner pour √©viter toute mauvaise interpr√©tation. Au sein d’un tirage, il invite d’ailleurs souvent le consultant √† s’interroger sur les outils et pratiques qu’il utilise ou √† s’int√©resser √† de nouvelles techniques. Dans une pratique spirituelle, Edad peut grandement favoriser la m√©ditation, ou le travail sur les r√™ves.

ūüĆŅ Idad

Idad

Lettre : I
Traduction impossible – Id√©e d’interpr√©tation : If
Mot-clef : Mémoire

Ogham des arbres : I√ļr, ou Ibar, l’if
Ogham des couleurs : Irfind, ¬ę¬†tr√®s blanc¬†¬Ľ
Ogham des oiseaux : Illat, l’aigle

Dernier caract√®re de notre alphabet, Idad ne poss√®de lui non plus aucune traduction, mais les associations qu’on lui connait sont en revanche tr√®s instructives. Notez par exemple la couleur, ¬ę¬†tr√®s blanc¬†¬Ľ, qui n’est autre qu’une intensification de la couleur du tout premier ogham, Beith. Si celui-ci est li√© aux commencements, Idad est lui associ√© √† la fin, √† la vieillesse, ainsi qu’au souvenir. C’est un fid qui parle d’histoire et de tradition, que l’on transmet d’une g√©n√©ration √† l’autre. Il peut accompagner les travaux en lien avec la recherche de vies ant√©rieures ou, dans une optique de d√©veloppement personnel, aider √† assimiler son propre pass√© pour en tirer les le√ßons et gu√©rir d’√©ventuelles blessures.

Jeu d'oghams d'apprentissage sur tranches de bois brut

‚ÄĘ Forfeda ‚Äď Lettres suppl√©mentaires

Personnellement, bien qu‚Äôils soient un rajout tout √† fait l√©gitime √† l’ogham, je ne travaille pas avec les forfeda. Les vingt caract√®res d’origine sont amplement suffisants √† mes yeux et couvrent un large √©ventail d’interpr√©tations et de possibilit√©s. Je vais donc me contenter d’un tr√®s rapide tour d’horizon pour cette partie, en vous laissant leur nom et leur traduction lorsqu’elle existe ; libre √† vous de faire ensuite vos propres recherches et d’exp√©rimenter avec ces feda si vous souhaitez les int√©grer √† votre connaissance de l’ogham.

ūüĆŅ Ebad

Ebad

Lettres : Ea
Traduction inconnue – Interpr√©tation possible : Saumon

ūüĆŅ √ďir

Oir

Lettres : Oi
Traduction : Or

ūüĆŅ Uillenn

Uillenn

Lettres : Ui
Traduction : Coude

ūüĆŅ Iph√≠n

Iphin

Lettres : Io
Traduction : Miel, ou Groseiller

ūüĆŅ Emancholl

Emancholl

Lettres : Ae
Traduction : ¬ę¬†Jumeau du noisetier¬†¬Ľ

Frise lierre - Séparation de texte

Retrouvez tous les articles de cette série :

ÔĽŅPartie 1 – Introduction au syst√®me
Partie 2 – Signification des feda
Partie 3 РMéthodes de divination
Partie 4 – S’approprier l’alphabet

√Ä la d√©couverte de l’Ogham – Introduction au syst√®me (1/4)

√Ä la d√©couverte de l’Ogham – Introduction au syst√®me (1/4)

Suite d'oghams gravés sur une branche
Promis, √† la fin de cette s√©rie d’articles, vous saurez d√©chiffrer ceci !

ūüĆŅ D√©finition de l’ogham

Dans sa forme la plus basique, l’ogham, ou ogam (orthographe ancienne), est un alphabet primitif irlandais constitu√© de vingt caract√®res formant quatre groupes distincts, aussi nomm√©s aicme (aicmi au pluriel). Le trac√© de ces lettres consiste en des groupements de lignes parall√®les, allant de une √† cinq, traversant ou partant d’une barre centrale. Il est possible de les tracer horizontalement comme verticalement tant que le sens d’√©criture est respect√© : le c√īt√© droit du trac√© vertical se retrouve en bas une fois bascul√© √† l’horizontale. Cinq lettres suppl√©mentaires, nomm√©es forfeda, ont √©t√© ajout√©es plus tardivement.

¬ę Ceci est leur nombre.
Il y a cinq groupes d’ogham et chaque groupe est compos√© de cinq lettres,
chacune ayant de une à cinq encoches et on les distingue par leur orientation.
Les orientations sont : à droite de la ligne centrale,
√† gauche de la ligne centrale, de part et d’autre de la ligne centrale,
à travers la ligne centrale et autour de la ligne centrale.
L’ogham est construit comme un arbre. ¬Ľ

Auraicept na n-√Čces

Chacun des caract√®res de l’ogham est appel√© fid (on parle de feda au pluriel) et poss√®de une signification particuli√®re, un nom pouvant √™tre traduit. Certaines lettres repr√©sentent ainsi diff√©rentes essences d’arbres, telles que le bouleau, le ch√™ne ou le noisetier, participant √† la renomm√©e de l’ogham en tant qu’ ¬ę¬†alphabet celte des arbres¬†¬Ľ. Mais en r√©alit√©, c’est loin d’√™tre le cas de tous les feda, et l’on retrouve parmi eux des noms aux significations plus vari√©es, telles que ¬ę¬†flamme¬†¬Ľ, ¬ę¬†blessure¬†¬Ľ, ou encore ¬ę¬†jardin¬†¬Ľ. S’il est sans conteste le plus connu aujourd’hui, l’ogham des arbres n’en est qu’un parmi beaucoup d’autres (*), et ce syst√®me trouve v√©ritablement ses racines dans la signification des lettres elles-m√™mes.

(*) Il existe un ogham des couleurs (¬ę¬†Enogam¬†¬Ľ), un ogham des oiseaux (¬ę¬†Dathogam¬†¬Ľ), un autre encore consacr√© √† l’agriculture (¬ę¬†Ogam Tirda¬†¬Ľ)… Une centaine de variantes de l’ogham sont ainsi √©num√©r√©es rien que dans l’Auraicept na n-√Čces.

ūüĆŅ Ce que n’est pas l’ogham

Mettons les choses au clair d√®s le d√©but : l’ogham des arbres tel qu’on le connait aujourd’hui doit en majeure partie sa popularit√© √† l’ouvrage de Robert Graves, The White Goddess. Malheureusement, malgr√© une richesse po√©tique ind√©niable, ce texte est loin d’√™tre exempt de d√©fauts, et les th√©ories de l’√©crivain concernant l’histoire et l’utilisation de cet alphabet sont tr√®s largement discutables (petite anecdote en passant : son propre grand-p√®re, Charles Graves, sp√©cialiste de l’ogham celte, a rejet√© ses propos).

Pour ne citer que cet exemple, l’id√©e d’un calendrier celte des arbres, avec une esp√®ce repr√©sentative pour chaque mois lunaire, n’a absolument aucun fondement historique. Et pourtant, cette √©trange interpr√©tation de l’ogham s’est r√©pandue comme une tra√ģn√©e de poudre aupr√®s d’un public charm√©, et continue de se transmettre encore all√®grement aujourd’hui, jusqu’√† avoir donn√© naissance √† une ¬ę¬†astrologie des arbres¬†¬Ľ, un ¬ę¬†horoscope celtique¬†¬Ľ totalement fantaisiste. C’est malheureux, mais les publications des chercheurs, elles, sont loin d’avoir autant la cote bizarrement.

Mettons les choses au point √©galement en ce qui concerne l’appellation de ¬ę¬†runes celtiques¬†¬Ľ attribu√©e √† tort et √† travers √† notre cher alphabet. Ce pseudo lien entre l’ogham et l’Ancien Futhark nous vient du XIX√® si√®cle, √©poque √† laquelle les romantiques, s√©duits par le c√īt√© myst√©rieux et occulte de ces √©critures, ont commenc√© √† faire un rapprochement entre les deux, en m√©langeant volontiers au passage les cultures celtique et germano-scandinave. En r√©alit√©, les deux alphabets n’ont pas grand chose en commun si ce n’est le fait de poss√©der une signification particuli√®re √† chaque caract√®re.

Notez que le Futhark r√©cent en revanche, est cit√© dans l’Auraicept na n-√Čces, o√Ļ il se retrouve qualifi√© d’ ¬ę¬†Ogham des Vikings¬†¬Ľ. Amusant retournement de situation, non ?

Derni√®re id√©e re√ßue √† oublier avant de poursuivre : l’ogham n’a sans doute rien √† voir avec les druides antiques. L’hypoth√®se tend plut√īt aujourd’hui vers une √©criture invent√©e et employ√©e par les premiers chr√©tiens irlandais, pour faire le pont entre le latin et l’irlandais primitif, deux langues pr√©sentant √©norm√©ment de diff√©rences phon√©tiques, et de ce fait difficiles √† retranscrire directement de l’une √† l’autre.

Alors oui, le christianisme, c’est bien moins sexy que le druidisme pour la plupart des gens gravitant aujourd’hui autour de la sph√®re n√©o-pa√Įenne. Mais si on pouvait arr√™ter les confusions et remettre les choses √† leur place, ce serait pas mal aussi, vous ne croyez pas ?

ūüĆŅ Origines historiques

Si l’on souhaite se lancer dans la qu√™te de l’ogham, mieux vaut aller le chercher √† la source – aux racines si vous pr√©f√©rez ūüėČ L’ogham est pr√©sent sur bon nombre de pierres et de monuments anciens (dat√©s aux alentours du IV√® si√®cle), principalement situ√©s en Irlande ainsi que dans le sud-ouest de l’Angleterre. La plupart de ces gravures sont des inscriptions fun√©raires, ou de simples noms d√©limitant un territoire ou une propri√©t√©, et n’ont que peu d’int√©r√™t pour notre sujet.

Ogham Stone - Anne Patterson
Celle-ci se situe dans le comt√© de Kerry, au sud-ouest de l’Irlande

En revanche, nous poss√©dons aujourd’hui diff√©rents manuscrits, dans lesquels ont √©t√© conserv√©s trois textes majeurs apportant des √©l√©ments de compr√©hension de l’ogham : Auraceipt na n-√Čces (ou The Scholar’s Primer, que j’ai d√©j√† cit√© √† plusieurs reprises), In Lebor Ogaim (The Book of Ogams ou Ogam Tract, que l’on retrouve notamment dans le Livre de Ballymote), et De D√ļilib Feda Na Forfed (Le Livre des Lettres Suppl√©mentaires, dans lequel on trouve le fameux groupe des forfeda).

Au sein de ces textes, on trouve ce que l’on nomme les Br√≠atharogaim (Br√≠atharogam au singulier). Si vous √™tes un peu familier des cultures scandinaves et de la pratique du ¬ę¬†kenning¬†¬Ľ, et bien c’est sensiblement la m√™me chose ici. Il s’agit d’une locution po√©tique, une p√©riphrase visant √† d√©crire de fa√ßon d√©tourn√©e la signification des diff√©rentes lettres de l’ogham. Celles qui nous concernent sont compos√©es de deux mots seulement, pour lesquels trois variantes ont √©t√© retrouv√©es, toutes en vieil irlandais. Si vous √™tes un peu curieux, les Br√≠atharogaim peuvent √™tre consult√©s sur le Wikip√©dia anglophone.

C’est donc de l’interpr√©tation de ces tournures po√©tiques que nous vient la signification des feda de l’ogham celte. Notez tout de m√™me qu’√† l’√©poque m√©di√©vale, les √©rudits qui se sont pench√©s sur la question √©taient persuad√©s que les caract√®res repr√©sentaient des arbres (et oui, d√©j√† !). Ils ont donc l√©g√®rement forc√© leur interpr√©tation pour aller dans ce sens, trouvant des m√©taphores l√† o√Ļ il n’y en avait peut-√™tre pas. Il s’est av√©r√© par la suite que sur les vingt caract√®res de notre cher alphabet celte, il n’y en a finalement que cinq ou six qui peuvent v√©ritablement √™tre traduits par des noms d’arbres.

Mais c’est peut-√™tre aussi l√† toute la magie du kenning et de la po√©sie : chacun peut √™tre libre d’y voir ce qu’il d√©sire ūüôā

ūüĆŅ Utilisation de l’ogham

A quoi servait l’ogham √† l’origine ? Diff√©rentes th√©ories coexistent, allant de l’√©criture crypt√©e permettant de faire passer discr√®tement un message √† un alphabet poss√©dant des propri√©t√©s magiques intrins√®ques. Ce qui est certain en revanche, c’est qu’il a servi de base √† l’apprentissage de la grammaire et de la m√©trique ga√©lique. En effet, durant les trois premi√®res ann√©es de ses √©tudes, l’apprenti po√®te irlandais, nomm√© fili, se devait de retenir pas moins de cent cinquante vari√©t√©s de l’ogham ! Une fa√ßon d’enrichir grandement son vocabulaire, et d’avoir toujours sous la main de quoi jouer avec les mots.

Mais l√† o√Ļ les mots justement, deviennent encore plus int√©ressants, c’est que l’apprentissage dont on parle porte un nom bien particulier : filidecht. En vieil irlandais, ce terme signifie ¬ę¬†po√©sie¬†¬Ľ, mais il porte √©galement le sens de ¬ę¬†divination¬†¬Ľ. Quant au fili, le pratiquant de cet art, il est bien s√Ľr po√®te, mais il est aussi voyant.

De nos jours, la divination est souvent l’emploi le plus courant pour celles et ceux qui choisissent de travailler avec l’ogham, mais ce syst√®me peut aller bien au-del√† et assumer diff√©rentes fonctions, que nous aborderons dans la suite de ces articles. D’ici l√†, souvenez-vous que l’ogham est avant tout un alphabet, et qu’il est par essence fortement li√© au pouvoir des mots, √† la magie du verbe. Il est source de po√©sie et de mystique, et ce n’est pas anodin s’il tire son nom d’Ogma, dieu de la mythologie gauloise dont la principale qualit√© est l’√©loquence.

ūüĆŅ Glossaire et prononciation

Je crois qu’arriv√© l√†, et au vu de tous les termes √©tranges et impronon√ßables que j’ai d√©j√† employ√©, j’ai du perdre la moiti√© d’entre vous en cours de chemin ! Avant d’attaquer la suite, je vous propose donc quelques d√©finitions et √©l√©ments de prononciation (j’insiste sur ¬ę¬†√©l√©ments¬†¬Ľ hein, je ne suis pas sp√©cialiste de phon√©tique irlandaise) pour vous aider √† vous y retrouver un peu plus facilement.

ūüćā Aicme (plur. aicmi) : Groupe de caract√®res au sein de l’ogham, partageant une m√™me structure.
Se prononce ¬ę¬†ak-meh¬†¬Ľ, ¬ę¬†ak-mi¬†¬Ľ au pluriel.

ūüćā Br√≠atharogam (plur. -ogaim) : Locution po√©tique associ√©e √† chaque caract√®re de l’ogham, donnant un √©clairage sur sa signification.
Se prononce ¬ę¬†bri-ath-er-oh-am¬†¬Ľ, le ¬ę¬†th¬†¬Ľ √©tant le son anglais, et le ¬ę¬†er¬†¬Ľ du milieu tr√®s peu accentu√©.

ūüćā Fid (plur. feda) : Caract√®re, lettre composant l’alphabet ogham.
Se lit tel quel, ¬ę¬†fid¬†¬Ľ. Le pluriel voit son ¬ę¬†a¬†¬Ľ final ferm√© en ¬ę¬†e¬†¬Ľ.

ūüćā Fili (plur. filid ou file) : Po√®te, pratiquant du filidecht.
Se prononce comme il s’√©crit.

ūüćā Filidecht : Po√©sie traditionnelle ga√©lique, mais √©galement divination.
Le sens moderne inclus l’√©tude et l’apprentissage des mythes et traditions li√©es aux pratiques magiques.
Se prononce ¬ę¬†fi-li-dekt¬†¬Ľ.

ūüćā Forfeda : Groupe de lettres suppl√©mentaires. 5√®me et dernier aicme de l’ogham.
Se lit presque comme il s’√©crit, en fermant le ¬ę¬†a¬†¬Ľ final.

ūüćā Ogham (ou ogam) : Les 20 ou 25 caract√®res de l’alphabet en ancien irlandais.
Se prononce ¬ę¬†oh-am¬†¬Ľ, le ¬ę¬†g¬†¬Ľ est √† peine prononc√©. Si l’on pr√©f√®re une prononciation plus moderne, le mot sera prononc√© de fa√ßon quasi monosyllabique, ¬ę¬†om¬†¬Ľ (un peu comme le ¬ę¬†aum¬†¬Ľ sanskrit).

ūüćā Ogma (√©galement Ogme ou Ogmios) : Dieu de la mythologie celtique, cr√©ateur de l’√©criture oghamique.
Se prononce ¬ę¬†oh-ma¬†¬Ľ, en fermant le ¬ę¬†a¬†¬Ľ final, presque sur un ¬ę¬†e¬†¬Ľ.

Crédits photo : Ogham Stone near Traigh an Fhiona © Anne PattersonCreative Commons Licence.

Frise lierre - Séparation de texte

Retrouvez tous les articles de cette série :

Partie 1 РIntroduction au système
Partie 2 – Signification des feda
Partie 3 РMéthodes de divination
Partie 4 – S’approprier l’alphabet

Obtenez votre propre jeu d'oghams pyrogravés
Runes et oghams d’apprentissage

Runes et oghams d’apprentissage

Si je me souviens bien, au tout d√©but de mon exp√©rience avec les runes, une des difficult√©s √† laquelle je me suis heurt√©e a √©t√© de retenir leur nom. Oui, √ßa para√ģt s√Ľrement un peu b√™te dit comme √ßa, mais je ne connaissais pas bien leur origine, passais mon temps √† me m√©langer les pinceaux avec les appellations anglo-saxonnes, tout en confondant all√®grement certaines runes aux sonorit√©s¬†et √† l’orthographe beaucoup trop proches √† mon go√Ľt. Eihwaz, Ehwaz… Mes b√™tes noires :p

Une id√©e m’est donc venue en y repensant l’autre jour, pendant que je pr√©parais quelques sets de runes classiques, non illustr√©s. Pourquoi ne pas proposer √©galement des jeux associant les caract√®res runiques et leurs noms, histoire de pouvoir se familiariser petit √† petit avec elles, en apprenant √† les conna√ģtre – et surtout √† les reconna√ģtre – tout en les manipulant, sans rester dans de l’apprentissage th√©orique, mais bien au contraire, en s’impr√©gnant v√©ritablement de l’√©nergie de chacune d’entre elles.

Jeu de runes d'apprentissage

A titre personnel, si j’avais eu un jeu de ce type au d√©but, plut√īt qu’un ensemble de caract√®res abstraits que je savais √† peine mettre dans le bon sens, je pense que j’aurais appris un peu plus rapidement √† conna√ģtre et utiliser le Futhark. Avoir un visuel complet des runes et de leur nom lorsque je les manipulais m’aurait certainement mieux convenu que de devoir garder un papier √† c√īt√© pour m’y r√©f√©rer lorsque ma m√©moire capricieuse me faisait d√©faut…

Mais passons. Si √† votre tour, vous d√©butez dans l’apprentissage de ce syst√®me, ces jeux de runes sont faits pour vous y aider. D’autant qu’ils vous permettront de vite vous rendre compte¬†de fa√ßon pratique si vous souhaitez ou non poursuivre dans cette voie, sans non plus vous ruiner en investissant dans ce¬†superbe set¬†que vous oublierez dans un tiroir deux jours apr√®s son arriv√©e parce les runes ne vous conviennent finalement pas.

Un petit d√©tail concernant les noms grav√©s¬†sous les caract√®res runiques : il existe de nombreuses variantes au niveau de l’√©criture des runes de l’Ancien Futhark, et les noms qu’on leur attribue habituellement ne sont que des reconstitutions proto-germaniques, par d√©finition non attest√©es. Il a donc fallu faire un choix. Aussi, si jamais¬†vous pr√©f√©rez une orthographe √† une autre, n’h√©sitez pas √† m’en faire part lorsque vous passez commande d’un set.¬†Chacun ses affinit√©s apr√®s tout, je ferai la modification avec plaisir ūüôā

Jeu d'oghams d'apprentissage

Et pour celles et ceux qui¬†souhaitent se familiariser avec les diff√©rents¬†feda¬†de l’ogham celte, sachez que des sets d’apprentissage du m√™me type sont √©galement disponibles dans la boutique, associant nom et symbole sur chaque pi√®ce de bois. Notez que ces sets sont fabriqu√©s √† la demande, et requi√®rent donc un d√©lai suppl√©mentaire avant de pouvoir vous les envoyer. Ceci √©tant dit, j’en ai actuellement quelques-uns en stock, pr√™ts √† partir. Ce ne sera plus le cas ensuite alors profitez-en ūüėČ

Hoo, j’allais presque oublier (m√©moire de poisson rouge j’vous dis) ! Comme travailler les runes me fait toujours r√™ver aux murmures d’Hugin et Munin, les deux corbeaux compagnons d’Odin, un joli collier en bois √† l’effigie de cet oiseau est apparu entre deux sets, pour rejoindre la collection ¬ę¬†Ga√Įa¬†¬Ľ dont je vous parlais il n’y a pas longtemps. Un bijou nature qui conviendra tout aussi bien √† un homme qu’√† une femme (vous √™tes un certain nombre √† m’avoir r√©clam√© des pendentifs plus masculins, souhait exauc√© !).

Collier en bois brut "√Čb√®ne"