Archives de
Catégorie : Autour de l’Atelier

Le Blog continue en Anglais

Le Blog continue en Anglais

J’ai tourné et retourné la question un bon nombre de fois dans mon esprit avant d’en venir à ce choix, mais nous y voilà. A partir de maintenant et sauf futures exceptions, les publications faites dans cet espace ne seront plus disponibles que dans la langue de Shakespeare (ou de Thoreau en l’occurrence), au moins pour les quelques années que je passerai sur le territoire américain.

Plusieurs raisons à cette prise de décision, la principale étant le manque de temps. Enfin, vous connaissez sûrement la musique : ce n’est pas une question de manque, mais plutôt d’organisation et surtout de choix. Si je pouvais caler tout ce que je voulais dans une seule journée, je le ferais bien volontiers, mais écrire est chronophage (ça l’est pour moi du moins) et répéter le processus en français et en anglais à chaque fois me sera tout simplement impossible sur le long terme. Dans l’idéal, j’aimerais développer mon Atelier ET profiter un peu du temps passé ici en parallèle. Le beurre et l’argent du beurre en somme (surtout le beurre ; le gras, c’est la vie !)

Bien entendu, les articles FR déjà publiés resteront disponibles à la lecture, y compris la série d’introduction à l’Ogham. Pour la suite du programme, un clic sur le lien « English » tout en haut à droite vous amènera à destination. Je ne me fais pas trop de souci non plus, je sais que beaucoup d’entre vous sont suffisamment familiers avec l’anglais pour ne pas être perdus. Et si ce n’est pas le cas, un petit tour chez Google Trad’ devrait faire l’affaire 🙂

[ WiP ] L’Esprit du Cerf

[ WiP ] L’Esprit du Cerf

Si vous suivez la page Facebook de l’Atelier, vous avez pu y découvrir à l’occasion de la fin du challenge #pyroctober, l’une de mes dernières grosses réalisations, un de ces projets un peu fous dans lesquels je m’embarque de temps à autre sans trop savoir où je mets les pieds…

Esprit du Cerf - Pyrogravure artisanale

Ça commence généralement avec une toute petite idée, une simple envie de changer de support, d’essayer quelque-chose de nouveau pour voir ce que je suis capable d’y faire naître. Ça continue avec quelques traits de crayon gribouillés dans un coin, et lorsque je relève la tête, c’est là que je me rends compte de la véritable ampleur du truc : déjà trois heures de passées dessus et je n’ai même pas encore allumé mon pyrograveur.

Ceci dit, l’avantage de passer ainsi de nombreuses heures sur une seule création, c’est que j’ai une multitude d’occasions pour prendre des photos. Pour me souvenir de la première esquisse et de l’atmosphère qu’elle dégageait, pour avoir une trace de cette nouvelle technique que j’ai essayé et de l’erreur à ne pas reproduire la prochaine fois, pour revoir la progression du projet dans son ensemble et retrouver ce tout petit détail qui a complètement changé la donne une fois ajouté.

Et puis ça me permet aussi de vous montrer un peu ce qu’il y a derrière le « produit fini », chose que je devrais certainement faire plus souvent (à quand remonte mon dernier WiP déjà ? ahem).

Esprit du Cerf - Pyrogravure artisanale (esquisse)

Voici l’esquisse justement, accompagnée de la plaque de bouleau qui m’a servi de support pour cette illustration. Ce n’est pas tout à fait la première, j’ai fait quelques croquis au préalable pour avoir l’idée générale, et poser sur papier ce que j’avais en tête, mais croyez-moi, ils sont illisibles et ne valent pas tellement le coup d’être vus.

Comme vous pouvez le constater, celui-ci est réalisé sur papier calque directement, ce qui me permet d’adapter mon dessin au support, en notant où se situent les tâches, noeuds et autres veines irrégulières que présente parfois le bois et avec lesquelles il me faudra composer (pour mon plus grand plaisir !).

La différence de teinte visible sur l’image, c’est parce que je m’y prends en deux fois (au minimum) pour réaliser ce qui me servira de base pour la gravure ensuite. Côté pile, je dessine assez grossièrement l’ensemble ; côté face je vais un peu plus dans le détail tout en redessinant le motif à l’envers, ce qui me permet de voir immédiatement si mon illustration ne tient pas debout (je n’invente rien, c’est une technique que beaucoup de dessinateurs utilisent).

Regardez donc les feuillages au premier plan et vous verrez tout de suite la différence entre les deux côtés.

Esprit du Cerf - Pyrogravure artisanale (esquisse)

Une fois satisfaite du résultat, il est temps de reporter mon illustration sur la tranche de bois. Et là, clairement, le fait de l’avoir dessinée sur du calque me fait gagner un temps fou. Je n’ai pas évoqué la préparation de la tranche de bois d’ailleurs, mais elle est tout aussi importante que le reste. Pour que le transfert soit le plus fidèle possible, mais aussi pour que toutes les étapes qui suivent se passent au mieux : de la pyrogravure à la teinte, en passant par la dorure, si le bois n’est pas impeccablement lisse, le résultat sera moche, invariablement.

Quelques heures auparavant, je ponçais donc amoureusement à la main cette jolie plaque de bouleau, réduisant peu à peu le grain jusqu’à ce que sa peau soit aussi douce que la mienne ! ?

L’étape qui vient ensuite est celle qui demande le plus de dextérité, de délicatesse… Oh, et une bonne lumière naturelle aussi, ce qui commence cruellement à me manquer avec les jours qui raccourcissent de plus en plus (et le changement d’heure qui n’aide vraiment pas). L’étape suivante, donc, est celle de la dorure, que je réalise à chaud, toujours, avec ma petite recette personnelle. La lumière naturelle, c’est tout simplement parce que la feuille d’or est plus difficile à travailler lorsque des lampes viennent s’y refléter de tous les côtés.

Pour cette illustration, j’ai choisi de n’utiliser l’or que sur le contour, pas sur le cœur de l’illustration. Le cadre qui sépare les deux parties est donc entièrement et patiemment recouvert, et de petites touches sont ajoutées plus ou moins régulièrement dans le feuillage tout autour. J’aimais déjà le mélange feuille d’or et aquarelle, mais j’avoue que j’ai vraiment un énorme faible pour l’harmonie avec laquelle la feuille d’or s’intègre au milieu des teintes du brou de noix, et vient relever tout ça d’une brillance discrète une fois le travail achevé.

Esprit du Cerf - Pyrogravure artisanale (dorure)

Vient ensuite la mise en teinte, entièrement réalisée au brou de noix, que je dilue plus ou moins en fonction du résultat que je souhaite obtenir. J’ai toute une armée de petits pots prêts à en découdre sur ma table de travail, chacun arborant un adorable petit nom, tel que « 33 » ou « 75 », qui correspond en réalité à son pourcentage de dilution 😛

En dehors de son aspect naturel, ce que je trouve intéressant avec le brou de noix, c’est son côté « surpriiiiise ! » qui m’émerveille à chaque fois. Je m’explique : tout juste apposé sur le bois, la teinte la plus claire aura presque exactement le même aspect que celle trois fois plus sombre. La différence ne se révèle qu’une fois la zone bien sèche. Autant vous dire que pour réaliser un dégradé, c’est compliqué.

C’est une difficulté à laquelle il a bien fallu que je m’adapte au départ, mais que j’ai appris à apprécier au fil des essais et des découvertes. Il y a vraiment quelque-chose de magique lorsque le résultat apparaît. Parfois, c’est précisément ce que j’espérais, et parfois, la pièce de bois juste en-dessous a décidé que non, il en serait autrement, et je me soumets la plupart du temps à sa volonté.

C’est un peu la même chose avec les nœuds et les petites irrégularités que j’évoquais au début de cet article. Le bois est un matériau vivant, et puisque j’ai décidé de travailler avec, il est bien normal qu’il ait voix au chapitre.

Esprit du Cerf - Pyrogravure artisanale (teinte au brou de noix)

Pendant que les arbres, là derrière, prennent leur temps pour sécher et révèlent peu à peu leurs nuances, je commence de mon côté à ajouter quelques petits détails à l’acrylique blanche. Comme pour la feuille d’or, j’aime beaucoup la façon qu’a cette couleur de rehausser l’ensemble, tant qu’on sait rester raisonnable avec. Uniquement sur les fougères pour commencer, puis je m’attèle à la mise en valeur de l’attrape-rêve une fois que mon fond est prêt.

Je retravaille la dilution de ma teinte pour lui créér une sorte de halo de lumière tout autour (je ne l’avais absolument pas prévu ainsi au départ, mais il est presque apparu de lui-même au séchage, alors je l’ai pris en compte), je blanchis les plumes duveteuses pour les rendre plus éclatantes, et je dépose ça et là quelques feux follets enchanteurs, petits points de lumière dansant en silence dans la pénombre de la forêt…

Esprit du Cerf - Pyrogravure artisanale (détails)

Le temps de peindre les derniers feuillages sur le contour et de vernir la feuille d’or pour la protéger des frottements, et nous voilà (déjà) arrivés à la fin de ce « work in progress » !

Je me rends compte que ça a l’air court résumé ainsi en quelques lignes, mais pour vous donner une petite idée, depuis le tout premier croquis jusqu’au dernier coup de pinceau, j’ai passé plus d’une dizaine d’heures le dos courbé sur ce morceau de bouleau. De quoi créér un sacré lien entre lui et moi, n’est-ce pas 😉 

Pyroctober challenge !

Pyroctober challenge !

Hey, vous connaissez le challenge Inktober ? Non ? Le principe est simple : un dessin par jour pendant tout le mois d’octobre, sans aucune restriction si ce n’est celle du medium utilisé, à savoir l’encre.

Chaque année, de nombreux et nombreuses artistes se réunissent ainsi autour du hashtag #inktober et c’est toujours l’occasion pour moi de découvrir de nouveaux talents à suivre le reste de l’année. 2017 ne fera pas défaut : j’ai déjà hâte que le challenge commence pour parcourir avidement les réseaux sociaux à la recherche de nouvelles illustrations qui viendront ensoleiller mes journées (oui, parce qu’avec la lumière qui diminue désormais à vue d’œil, il faut bien ça)

Petit coup de pub rapide pour trois artistes parmi celles et ceux que j’attends le plus cette année : Sieskja, Mademoiselle Ortie et Movezerb, que vous pourrez suivre en cliquant directement sur les liens (go, go, go, les illustrations de l’Inktober 2016 vous attendent sur leurs pages respectives !)

Pour ce qui est de mon cas, je n’ai encore jamais participé au challenge. Ce n’est pas faute d’en avoir très envie, mais que voulez-vous, l’encre, ce n’est pas vraiment ma tasse de café. Ceci étant dit, l’autre jour, j’ai eu un éclair de génie au saut du lit, j’ai trouvé la solution parfaite que je ne cherchais même pas. Pas envie de barbouiller le bureau d’encre de Chine ? Pas de souci, je vais faire ce que je fais de mieux : prendre mes morceaux de bois, faire chauffer mon outil-favori-compagnon-de-toujours, et me lancer dans un challenge rebaptisé spécialement pour l’occasion…

Pyroctober - Le challenge créatif

Bienvenue au « Pyroctober » ! 😀

Le concept sera tout aussi simple que l’original : une pyrogravure par jour, que je vous présenterai sous la forme d’un talisman nature en bois. J’ai déjà de nombreuses idées d’illustration pour remplir ce mois d’octobre de pleiiiin de petits trésors sylvestres en tout genre, mais je me réserve surtout le plaisir de l’improvisation au jour le jour, en fonction de ce qui m’inspirera au moment présent. L’Automne est toujours tellement riche de ce côté-là que ce serait idiot de s’en priver, n’est-ce pas ?

L’ensemble des talismans seront ajoutés à la boutique au fur et à mesure, histoire de les rendre disponibles à l’adoption en cas de coup de cœur, et un album spécial sera créé sur la page Facebook, regroupant les 31 pyrogravures réalisées durant le mois. Vous pourrez retrouver chaque jour une nouvelle photo sur cette plateforme ainsi que sur Instagram, en suivant le tag #pyroctober, tout simplement.

J’ai quelques idées de surprises qui viendront s’ajouter à tout ça en cours de route, mais je ne vous en dis pas plus pour le moment. Ayant commencé à préparer tout ça très tardivement par rapport à la date de début, je n’ai pas encore mis en place la moitié des choses auxquelles j’ai pu penser. C’est un peu fouillis, mais peu importe, la spontanéité sera le mot d’ordre !

Quoi qu’il en soit, j’espère que vous serez aussi enthousiasmés que moi par ce petit challenge (qui n’est pas si petit que ça en fin de compte), et que vous aurez plaisir à le suivre à mes côtés et à m’encourager pour aller jusqu’au bout 🙂

Rendez-vous dimanche prochain pour le top départ !

Une page se tourne

Une page se tourne

Bonjour à tous, et bienvenue dans cette toute nouvelle mouture du blog Lune de Sève !

Si vous faites partie des quelques personnes à avoir suivi l’ancien, vous avez forcément remarqué mon absence de ces derniers mois là-bas. Décembre et sa frénésie y ont été pour beaucoup, transformant mon emploi du temps et mes routines quotidiennes en fonction des commandes à assurer pour la boutique. La toute fin de l’année passée loin de mon atelier a joué son rôle aussi, évidemment. Mais depuis ?

Depuis, la nouvelle année s’est installée. Janvier a filé a toute vitesse, et c’est à peine si j’en ai ouvert une page, de ce blog, remettant constamment au lendemain le prochain article, le prochain bilan, la prochaine sélection saisonnière… Alors même que le temps est de nouveau de mon côté, que je pourrais y consacrer les heures nécessaires. Quelques nouvelles idées gribouillées dans un coin de mes carnets (ça ne change pas, il y en a toujours un paquet qui se bousculent), quelques photos prises ça et là, des brouillons rédigés en prévision de la suite, mais au final, rien n’en est sorti, si ce n’est le silence.

Le besoin de repartir sur de nouvelles bases, avec des fondations plus solides, a fini par l’emporter. Je l’ai parcouru une dernière fois, ce vieil espace délaissé, pour me rendre compte qu’il ne m’a jamais vraiment convenu. Trop étriqué, trop compliqué, trop fastidieux, trop lourd. Trop.

Il vaut parfois mieux arrêter de s’acharner inutilement sur l’encombrant et préférer simplifier les choses, quitte à accepter de sacrifier au passage la façon de faire à laquelle on s’était habitué malgré tout. Malgré ses inconvénients, ses chemins tortueux et ses bouts de racines qui dépassent et persistent à vous ralentir. Leçon apprise l’an dernier. Ça tombe bien, l’envie de changer de plateforme traînait déjà dans un coin de ma tête depuis longtemps, il ne manquait que le premier pas pour commencer les travaux .

Bienvenue par ici, donc ! Un espace lié à mon Atelier, toujours, mais un peu plus personnel que le précédent. La création nourrit ma spiritualité, et inversement ; c’est quelque chose que j’ai toujours affirmé.

Mais si vous ne me connaissez pas personnellement, ou que vous n’avez jamais eu l’occasion de discuter un peu avec moi sur les réseaux sociaux ou ailleurs, je doute que vous ayez plus qu’une vague ébauche de ce à quoi ça ressemble, en pratique. D’où je puise mes idées, mes inspirations, de la façon dont ces deux pans de ma vie s’imbriquent réellement l’un dans l’autre, et tissent leur voie, inlassablement. De la Terre d’ici qui me nourrit et me parle, imprègne de plus en plus ma façon de travailler, de créer.

C’est aussi un apprentissage. Élargir l’horizon, partager davantage, sortir du silence. J’espère que vous apprécierez me suivre sur ce nouveau sentier… 🙂

Bien à vous,
Mòrwenna

Rayons de soleil dans le lierre...