Du repos

Du repos

L’Eté touche à sa fin, il y a dans l’air comme un avant-goût d’Automne depuis quelques jours. Les senteurs ont changé peu à peu, de façon subtile, sont devenues plus rauques, emplies de terre et de crépuscule rougeoyant. C’est le tout premier Automne que je m’apprête à passer ici, dans le Pacific Northwest, et je m’en réjouis d’autant plus qu’il s’agit d’une nouvelle et délicieuse plongée dans l’inconnu. 

Deux mois déjà depuis le Grand Départ. Une période marquée par un quasi silence de ma part ici et ailleurs.

J’avais pensé partager avec vous mon installation dans cette incroyable région, vous raconter mes premières découvertes, le dépaysement auquel je m’attendais à faire face, les difficultés aussi, car soyons honnêtes, une expatriation ne se fait pas sans heurt ni cahot. J’ai finalement pris le parti de délaisser Internet, de négliger volontairement les quelques espaces que je hante habituellement, et de profiter de ma nouvelle vie de façon tout à fait égoïste. 

J’ai pressé le bouton pause, et je me suis reposée de tout ça. Plutôt que de me perdre dans les méandres des réseaux sociaux, je me suis ressourcée à l’ombre des Grands Résineux nouvellement rencontrés. Plutôt que de passer des heures assise à éplucher emails et todo lists, je suis sortie marcher, arpenter les chemins forestiers et les montagnes alentours. Pour me retrouver, me recentrer, me régénérer. Pour former un début de relation avec ces Terres qui m’ont accueillie et desquelles je fais désormais partie. 

Il m’a fallu plus de temps que je ne le pensais pour m’adapter à ce nouvel environnement. Je suis une créature d’habitude et, si je me doutais qu’un déménagement aussi conséquent impliquerait de gros changements dans mon quotidien, je pense pouvoir aujourd’hui admettre que j’ai un peu sous-estimé la chose. Mais les bouleversements et la métamorphose qui s’est opérée en parallèle ont été bénéfiques à tous points de vue. 

Ne pas avoir à poster quoi que ce soit nulle part l’a été aussi, pour tout vous avouer. Si vous êtes vous-même créateur ou créatrice de contenu, je parie que vous savez exactement de quoi je parle : cette espèce de pression permanente à devoir publier régulièrement des photos parfaitement mises en scène accompagnées de textes soigneusement réfléchis et rédigés. Me concentrer sur autre chose, voire ne me concentrer sur rien, faire taire l’incessant flot de pensées et de stress que j’emmène habituellement partout avec moi a été salvateur (je me suis même remise à rêver !). 

Le silence ici et ailleurs a de fait été un peu long, mais je vois avec le recul à quel point il était nécessaire. Après tout, il n’est que le reflet du Silence (re)trouvé sous les frondaisons lors de mes errances au coeur de cette Nature Sauvage. Un silence rafraîchissant, qui apaise, inspire et nourrit en profondeur. Une quiétude qui m’a permis d’engranger de l’énergie pour les saisons et les challenges à venir, qui sont encore nombreux. 

Je n’ai pas emporté grand chose en venant ici : quatre valises pour deux, Mister Pumpkin et ses 5 kilos de poils, ainsi qu’une petite flamme intérieure nommée créativité. A l’heure où l’Automne commence à exhiber ses plus belles teintes, je sais que cet Eté de silence et de contemplation était précisément le carburant qu’il fallait à cette lueur pour repartir de plus belle, mais aussi pour me permettre de m’exprimer à nouveau. 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.